Hémorroïdes, Sodomie et Rapports Sexuels : le guide pratique

Sujet tabou par excellence, la question des rapports sexuels et du lien avec les hémorroïdes reste délicat. Beaucoup d’idées reçues sont à faire tomber.

Quand on parle d’hémorroïdes, on pense souvent aux gênes que cela provoque, aux douleurs intenses qui surviennent ou encore à l’impossibilité de mener une vie normale. Pourtant, un tout autre sujet aussi important et source de beaucoup de questions existe, celui de la sexualité. Il y a-t-il des risques de développer des hémorroïdes en pratiquant un acte comme la sodomie ? Le risque de douleurs existe-il lors d’un rapport vaginal ? Peut-on pratiquer l’anulingus sans danger ? Autant de questions tabou qu’il n’est jamais simple d’aborder auprès d’un spécialiste. C’est pourquoi, étant moi-même passé par là, j’ai décidé de vous apporter mes propres connaissances pour vous aider à retrouver une sexualité simple et épanouissante.

1. Infographie

NOTE : Si vous souffrez toujours des hémorroïdes malgré mes conseils, j’ai comparé pour vous les meilleures solutions que l’on peut trouver sur Internet. Et uniquement les solutions qui fonctionnent vraiment -> cliquez ici

infographie hemorroides sexe et rapports sexuels

2. Hémorroïdes et sodomie (ou sexe anal)

La première chose à laquelle on pense quand on parle de sexualité et d’hémorroïdes, est bien évidemment la sodomie. Acte sexuel consistant en une pénétration anale, la sodomie s’est démocratisée ces derniers temps pour être toujours plus pratiquée à l’échelle mondiale. Rien de plus normal donc, que de s’interroger sur le sujet lorsque l’on est victime d’hémorroïdes. La bonne nouvelle, si je puis dire, est que l’acte en lui-même ne peut en aucun cas provoquer d’hémorroïdes. En revanche, ce qu’il faut bien avoir en tête avant d’avoir recours à la pratique, est que la sexualité anale peut révéler des symptômes qui existaient déjà auparavant. En d’autres termes, en cas de sodomie sur une personne touchée par des hémorroïdes internes ou des hémorroïdes externes non déclarées, ces dernières pourront se développer consécutivement à l’acte. La sodomie ne représentera donc à aucun moment un danger, mais pourra toutefois être source de douleurs intenses sur la zone anale. A prendre en compte dans votre sexualité donc.

3. Anulingus et hémorroïdes

Derrière la pénétration anale, la question de l’anulingus (ou anilingus) est elle aussi souvent posée par les patients souffrant d’hémorroïdes. Consistant à stimuler la zone anale par l’intermédiaire de la voie buccale, cette pratique ne provoquera elle non plus aucune complication en ce qui concerne les hémorroïdes. Comme lors de n’importe quel rapport sexuel, il faudra simplement penser à vous protéger de toute maladie sexuellement transmissible, puisque le sang pouvant survenir des veines endommagées sera potentiellement en contact avec vos muqueuses buccales. Pour faire bref donc, aucun risque de développer une hémorroïde ou d’en augmenter la gravité, il faudra simplement être prudent lors de l’acte. De préférence avec un(e) partenaire de confiance.

4. Les rapports vaginaux

Ensuite, outre la sodomie et l’anulingus, lorsque l’on est touché par les hémorroïdes on peut également appréhender les rapports sexuels vaginaux classiques. Là encore il ne faut pas vous inquiéter. Comme illustré sur l’infographie présente en haut de cette page, le sexe vaginal (pénétration du vagin) ne déclenchera lui non plus aucune apparition d’hémorroïdes, ni n’en accélérera leur développement. Si des douleurs anales surviennent lors de vos rapports sexuels, elles ne pourront en aucun cas avoir pour origine une pénétration vaginale. Ce qu’il faut bien comprendre, est que l’apparition d’une hémorroïde douloureuse résulte toujours d’un mauvais état de vos veines et de vos vaisseaux sanguins. Un caillot de sang se forme alors, et provoque une boule plus ou moins volumineuse au niveau de l’anus. En aucun cas donc, un rapport sexuel vaginal ne pourra venir troubler vos hémorroïdes, ou en provoquer l’apparition.

5. L'érection et l'impuissance

Autre aspect de la sexualité, l’impuissance n’aura elle non plus aucun rapport direct avec les hémorroïdes. Résultant dans la plupart des cas de problèmes psychologiques, de stress ou de manque de confiance en soi, le trouble de l’érection ne sera évidemment pas lié à une crise hémorroïdaire. Toutefois, les douleurs persistantes à l’anus ou encore le sentiment de honte que peuvent provoquer les hémorroïdes auront potentiellement un impact sur l’érection. Anxieux et préoccupé, l’individu pourra se focaliser sur la maladie et s’instaurer une barrière psychologique lui-même. Si tel est votre cas, ayez bien en tête que la moitié de la population européenne a été, est ou sera victime d’hémorroïdes au cours de sa vie. Relativisez donc, et profitez simplement du moment. Il y a bien plus grave dans la vie.

6. Comment éviter les infections ?

Si vous êtes victime d’hémorroïdes, ou que votre partenaire l’est, sachez qu’il sera important de prendre vos précautions avant tout acte sexuel. Nous l’avons déjà dit, que vous souhaitiez pratiquer la sodomie ou la pénétration vaginale, il n’y aura pas de risque accru d’infection si vous êtes malheureusement touché par les hémorroïdes. Toutefois, et pour éviter toute mésaventure, il sera bienvenu de vous protéger des MST avec les moyens de contraception existants (préservatif, digue dentaire…), ainsi que de posséder une hygiène irréprochable. Bien souvent, un simple lavement de vos mains évitera tout risque d’infection bénigne. Il serait donc bête de jouer avec le feu.

7. Que faire en cas de chirurgie ?

Cas bien précis désormais, celui de la chirurgie consécutive aux hémorroïdes. Bien que peu efficace sur le long terme selon les dernières études menées, la chirurgie destinée à enlever ou réduire les hémorroïdes douloureuses sera à prendre en compte lors de l’acte sexuel, et notamment la sodomie. Après l’intervention chirurgicale, méthode de type Longo ou autres, quelques sutures seront forcément présentes autour de votre anus. Pour éviter toute complication, ou simplement de remettre à mal la zone veineuse traitée, il faudra donc éviter les rapports anaux durant un laps de temps raisonnable (quelques semaines selon l’intensité de l’intervention). En plus de vous épargner une chirurgie mise à mal, vous éviterez ainsi les douleurs intenses pouvant être ressenties lors de l’endommagement de la veine.

8. Les meilleurs traitements pour retrouver une sexualité normale

Enfin, au-delà des conseils que je viens de vous énumérer autour du sexe et des hémorroïdes, sachez qu’il existe sur le marché des produits spécialement conçus pour lutter contre les hémorroïdes, et donc retrouver une vie sexuelle parfaitement saine et épanouissante. Pour leur efficacité, mais aussi leur simplicité de traitement, je vais vous parler brièvement ici de deux d’entre elles, qui m’ont personnellement permis de combattre mes hémorroïdes passées.

8.1 Les cachets naturels Formule H

Constitués essentiellement d’ingrédients naturels, les cachets Formule H seront votre atout majeur pour lutter contre l’apparition ou le développement des hémorroïdes. Par simple ingestion, les différents agents actifs naturellement présents dans le cachet vont agir contre la pathologie, en soignant les douleurs et calmant vos veines endommagées. Pour plus d’informations n’hésitez pas à consulter mon avis sur les cachets Formule H, j’en ai personnellement été ravi.  

8.1 La crème Hemapro

Alternative toute aussi efficace des gélules de la Formule H, la crème Hemapro sera elle aussi d’une grande aide pour que vous luttiez contre vos hémorroïdes. Composée, elle aussi, d’ingrédients d’origine naturelle, elle calmera non seulement les douleurs provoquées par l’hémorroïde, mais agira aussi et surtout sur la zone anale où la circulation sanguine est mauvaise. En stimulant la zone et apportant vigueur et force à vos veines, la crème Hemapro viendra ainsi à bout de la maladie, pour le plus grand bonheur de tous. Si je devais vous donner un petit conseil, ce serait donc de combiner les deux produits pour vous assurer une guérison rapide, simple et sans douleurs.

9. Conclusion

Pour résumer : La pratique de la sodomie ne provoque pas, en elle-même, des hémorroïdes. Cependant, la sexualité anale peut révéler des symptômes d’hémorroïdes qui existaient auparavant. De la même manière, la sodomie réalisée en période de crise hémorroïdaire ne représente aucun danger mais peut réveiller de vives douleurs chez votre partenaire.

Aucun risque infectieux n’existe si vous rentrez vos hémorroïdes avec vos doigts. Il vous suffit juste de laver vos mains avant et après l’acte.​

La chirurgie des hémorroïdes contraint à certaines restrictions. La sexualité anale est fortement déconseillée juste après l’opération. En effet, l’intervention laisse des sutures particulièrement fragiles. Un délai de quelques semaines après la cicatrisation semble raisonnable. De plus, cette pratique peut s’avérer dangereuse si une technique chirurgicale type « Longo » a été utilisée. La présence d’agrafes au niveau du canal anal pourrait traumatiser la verge de votre partenaire.​

Pour ce qui concerne la pratique des rapports sexuels vaginaux, cela ne déclenche en rien des hémorroïdes. De la même manière, des douleurs très vives à l’anus pendant ce type de rapport ne sont pas en lien car les hémorroïdes sont indépendantes des rapports vaginaux.

Quant à l’impuissance, elle ne peut être provoquée par des hémorroïdes, ni par la chirurgie. Toutefois, les douleurs causées par les hémorroïdes ont tendance à être responsable d’un blocage psychologique, mais n’empêche en rien l’érection.

Ne tournez pas autour de la question. N’hésitez pas à parler de vos appréhensions vis-à-vis de votre sexualité à votre médecin ou votre proctologue. La discussion, sur un tel thème, peut débloquer des situations et permettre de s’abandonner dans l’acte sexuel.

Enfin, n'oubliez pas de vous protéger de toute MST.

Remarque : le plus simple pour retrouver une sexualité saine et sans « limites » reste de vous débarrasser de vos hémorroïdes. Si c’est ce que vous recherchez, j'ai comparé pour vous les meilleures solutions que l'on retrouve sur Internet.

Les meilleures solutions :

formule h medicament hemoroide

1. Les gélules Formule H - C'est la nouvelle génération de gélules aux ingrédients 100% naturels.
-> Lire mon avis complet

la solution h hemoroide

2. La Solution H© - Si la solution miracle contre les hémorroïdes n’existe pas, celle proposée par La Solution H© s’en rapproche énormément.
-> Lire mon avis complet